Sureau noir en fleurs séchées

Origine de nos fleurs de sureau noir : Pologne

Conditionnement
5,21 €
 

Garanties sécurité

 

Politique de livraison

 

Politique retours

NOM BOTANIQUE : Sambucus nigra L.
AUTRES APPELLATIONS : Sambuc, Aoussier, Arbre de Judas, Seuillon, Sureau, Sureau noir
FAMILLE : Caprifoliacées
PARTIE UTILISÉES : fleurs, feuilles, baies et écorce

DESCRIPTION DU SUREAU NOIR :

Le sureau noir est un arbuste à feuilles caduques très commun, riche en acides phénoliques, en flavonoïdes (antioxydant)…
Le sureau noir est le digne compagnon de l’ortie. Comme cette dernière, ce petit arbre qui mesure 2 à 10 mètres de haut à feuilles caduques affectionne les terres riches en azote du voisinage de l’homme. Il est le premier arbre dont les bourgeons éclosent, avant même le printemps, défiant souvent le gel et la neige.
Les branches du sureau noir sont creuses et ont l’écorce crevassée claire, elles sont remplies d’une moelle blanchâtre très tendre. Sa ramure offre un site de nidification à de nombreux passereaux, ainsi qu’un formidable espace de jeux et de découverte à des générations “d’indiens en culotte courte”. Les feuilles du sureau noir sont grandes et mesurent de 20 à 25 cm de long. Elles sont composées de cinq à sept folioles ovales pointues et dentées, au parfum assez agréable.
Les fleurs sont de couleur blanc-crème et non pas noire comme aurait pu indique le nom de l’arbre ! Elles s’épanouissent en mai-juin, en allure d’ombelles grandes au diamètre pouvant atteindre jusqu'à 20 cm. Le fleurs du sureau noir sont odorantes, leur parfum capiteux est un peu musqué.
Les fruits du suerau noir sont mûrs en septembre, ils sont noirs et luisants et se présentent sous forme de grappent lourdent et pendantes.
Il ne faut pas confondre le sureau noir avec le sureau yèble (Sambucus ebulus L.) qui est une plante toxique. Le sureau yèble possède des fleurs et des feuilles qui ressemblent beaucoup au sureau n oir mais leur parfum est très différent et peu agréable. Même si le sureau yèble peut atteindre jusqu’à deux mètres de hauteur, ses tiges sont herbacées : elles restent vertes, sans écorce, jusqu’à leur base et disparaissent l’hiver. Les fruits du sureau yèble sont également noirs mais les grappes sont droites et dressées vers le ciel, elles ne sont donc pas pendantes comme celles du sureau noir. Il existe également le sureau à grappes (Sambucus racemosa L.) qui est un petit arbuste forestier plutôt montagnard qui se trouve au-delà de 500 mètres d’altitude. Ses grappes sont florales et fruitières, à maturité en juillet elles deviennent rouges, elles sont ovoïdes, et non en ombelles comme les deux autres sureaux.

COMMENT CUEILLIR LE SUREAU NOIR ?

Les feuilles du sureau noir se récoltent à la main avant la floraison. On peut facilement en ramasser 3 kg par heure. Le séchage est facile, le rapport frais/sec est de 4/l.
Les fleurs du sureau noir se cueillent en juin, de préférence avant que les étamines ne lâchent leur pollent abondant en nuage jaunâtre. Apèrs séchage, elles seront de meilleure qualité, d’un beau blanc crémeux, ce qui évitera un bon rhume des foins ! Plutôt que de prélever l’ombelle entière, il suffit de pincer juste sous les fleurs pour ne garder que les ombellules et laisser les plus gros pédoncules sur l’arbre. Ainsi, on obtient une récolte plus facile pour le séchage et qui sera également plus facile à utiliser en petites pincées. Il ne faut pas ramasser les fleurs humides car elles brunissent au séchage et perdent ainsi bon nombre de leurs qualités.
Les fruits du sureau noir se récoltent à maturité c’est-à-dire au début du mois de septembre, de la même manière que les fleurs. Il est facile d’en ramasser 30 kg par heure.

LES BIENFAITS ET UTILISATIONS DU SUREAU NOIR :

Comme l’ortie, le sureau noir est omniprésent près des habitations, il a trouvé depuis très longtemps de très nombreux emplois en cuisine, en médecine, en artisanat…
Les fleurs sont le remède populaire des états grippaux et infectieux. En effet, les fleurs de sureau sont sudorifiques et fébrifuges, elles stimulent le système immunitaire. Les fleurs de sureau sont également émollientes ; c’est pourquoi elles ont souvent été utilisées das les campagnes en compresses imbibées d’infusion pour faire mûrir les abcès et les panaris.
En cuisine, ces mêmes fleurs ont parfois été appelées “vanille du pauvre” en raison de leur parfum de muscat. On en fait de délicieux beignets, en les trempant tout simplement dans la pâte comme les fleurs d’acacia ou de courgette. Elles servent à parfumer desserts, liqueurs, vins, sirops et limonades. Consommées crues, les fleurs de sureau agrémentent les salades et les plats sucrés.
Les feuilles ont été utilisées comme analgésique, purgatif et laxatif. Cependant, leur odeur un peu nauséabonde a limité leur emploi, sinon en usage externe. Leur suc stoppe les petits saignements, il soulage les brûlures de l’ortie et les douleurs hémorroïdaires.
Côté utilisation artisanale, les fleurs de sureau teignent la laine et le coton en jaune. Leur macération prolongée (2 à 3 semaines) dans de l’eau constitue un répulsif efficace dans les galeries à campagnols. Les fruits crus sont laxatifs. Diurétiques très riches en vitamine C et A, ils sont consommés en Europe depuis la Préhistoire. Ils sont consommés en confiture ou en gelées. Leur jus a servi à colorer le vin, en particulier le porto.
En Angleterre ils étaient mis à fermenter pour fabriquer un vin très populaire.
Le jus des fruits de sureau teint la laine et le coton en violet-lilas et donne brillance et reflets aux chevelures brunes.
Mode d'emploi : en infusion, 1 à 2 cuillères à café par tasse, infuser 5 à 10 minutes.

AUBE GOURMET
TI494G

Références spécifiques

ean13
3662310949454
Commentaires (0)
Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Traçabilité

Déclinaison : Conditionnement - Sachet de 100g

Numéro de lot :

06510

Déclinaison : Conditionnement - Sachet de 250g

Numéro de lot :

06510

Déclinaison : Conditionnement - Sachet de 500g

Numéro de lot :

06510

Déclinaison : Conditionnement - Sachet de 1Kg

Numéro de lot :

06510